mardi 4 décembre 2007

THE FISHERMAN OF SUQUET / LE PECHEUR DU SUQUET



Une complicité, un accord s'établissent entre ma bouche et la queue,
Encore invisible dans sons short azur,
De ce pêcheur de dix-huit ans;

Autour de lui le temps, l'air, le paysage devenaient indécis.
Couché sur le sable, ce que j'en apercevais
Entre les deux branches écartées de ses jambes nues, tremblait.

Le sable gardait la trace de ses pieds,
Mais gardait aussi la trace du paquet trop lourd
D'un sexe ému par la chaleur et le trouble du soir.
Chaque cristau étincelait.

- comment t'appelles-tu ?
- et toi ?

Depuis cette nuit le voleur aime tendrement l'enfant
Malicieux, léger,
Fantasque et vigoureux,
Dont le corps fait frissonner, à son approche,
L'eau, le ciel, les rochers, les maisons, les garçons et les filles.
Et la page sur quoi j'écris.

Ma patience est une médaille à ton revers.
Une poussière d'or flotte autour de lui.
L'éloigne de moi.
Avec le soleil de votre visage vous êtes plus ténébreux qu'un gitan.

Ses yeux:
Parmi les chardons, les épines noires, la robe vaporeuse de l'automne.
Sa queue:
Mes lèvres retroussées sur mes dents.

Le gros orteil de son pied gauche, à l'ongle incarné,
Quelquefois fouille ma narine, quelquefois ma bouche.
Il est énorme mais le pied, puis la jambe y passeraient.

A connivance, a consent are settled between my mouth and the cock,

Still invisible in his blue shorts,

Of this eigheen-year-old fisherman;


Round him time, air, landscape become wavering.

Lain down on the sand, what I could perceive

Between the two wide apart branches of his bare legs, trembeled.


The sand kept the marks of his feet,

But kept also the mark of his too heavy basket

Of a sex stirred by the heat and the trouble of the evening.

Each crystal shone.


- what's your name?

- and yours?


After that night the thief tenderly loves the boy

Mischievous, light,

Whismical and sturdy,

Whose body makes you quiver, when he draws near,

Water, sky, roks, houses, boys and girls.

And the page where I write.


My patience is a medal at your reverse.
A golden dust floats qround him.
It moves him away from me.
With the sun of your face you are more dark than a gipsy.

His eyes:

Amongst the thistles, the black thorns, the vaporous gown of Autumn.

His cock:

My lips curled up on my teeth.


The big toe of his left foot, with an ingrowing nail,

At times digs my nostril, at times my mouth.

It is huge but the foot, then the leg would pass

Jean Genet (1910-1986)
Translation by Mark Spitzer


2 commentaires:

Antinous a dit…

Encore un mariage parfait, sublime, exquis entre le texte et l'image, cher Brutos-Eros !
Serais-tu la réincarnation fusionnelle de Genet et Doisneau ?
Magnifique !
BISES à toi,
Antinous

Brutos-Eros a dit…

Antinous, que de compliments. Je suis flatté.
Bises à toi,
Brutos Eros