mardi 6 mars 2007

GAYSUTRA EXPERIENCE No 11 – SIT ON MY FACE, RIMMING / LECHAGE DU CUL AU-DESSUS DE MON VISAGE





Je suis couché sur le lit. Il me présente son cul en position de face ou en position de dos. J’écarte ses fesses pour accéder à la raie. Ma langue comme un dard vient enculer son trou du cul. J’aime aussi passer de longues minutes à mouiller abondamment son cul en le léchant consciencieusement. Il aime parfois presser ses fesses contre mon visage et à bouger le cul de gauche à droite, ou en petits cercles.

I am lying on the bed. He presents his asshole above my face. by My tongue darts and flickers in and out from his open asshole. I like also lick like a god to wet his ass. Sometimes, he presses his face on my face as if he were sitting on my face and moves his ass from left to right or doing small circles with his bottom.




Dans Tricks, Renaud Camus décrit des scènes de sexe avec beaucoup de minutie comme s’il y a un second Renaud observant la baise dans la chambre. J’aime en particulier ce passage:

Nous nous sommes embrassés assez violemment, et nous avons ouvert chacun la chemise et la braguette de l’autre. Nous étions tous les deux complètement bandés bien avant d’être nus. Que je lui lèche le torse semblait l’exciter beaucoup, mais il s’intéressait extrêmement à mon cul, qu’il massait énergiquement. Comme j’étais allongé sur le dos, il a présenté son sexe en face de ma bouche, et je l’ai sucé un moment, avant de passer à ses couilles et à son cul. Il était agenouillé au-dessus de mon visage. Ma langue entre ses fesses semblait lui plaire particulièrement, il les écartait pour me permettre d’aller plus loin, il écrasait ma tête de tout le poids de son corps, et il mettait mes mains sur sa poitrine pour que je le caresse. Je me suis soulevé, je l’ai renversé en arrière, sur le dos, je me suis agenouillé à mon tour entre ses jambes, je les ai relevées et maintenues en l’air, en les tenant sous les genoux, et je lui ai encore léché le cul, dans cette nouvelle position. Il m’encourageait :

« Ouais, ouais, oh putain, c’est bon, vas-y salope, mes couilles aussi, vas-y, lèche... »

Je me suis mis de la salive sur le sexe, et je l’ai pénétré, assez lentement, mais sans difficulté. J’ai passé mes bras sous les siens, et derrière son cou, et je l’embrassais, ou bien lui léchais le torse, tout en l’enculant.

« Putain, quand je pense que je voulais te baiser ! Wow ! Tu fais ça vachement bien. Ouais, vas-y, baise-moi, vas-y, défonce ! »

J’avais pris entre mes dents, mais sans serrer, l’extrémité de son sein droit, et je lui caressais le ventre et la poitrine, de la main gauche, tout en le branlant de la main droite. Il avait l’air très enthousiaste, ce qui m’excitait autant. Je l’ai donc baisé assez longtemps, un quart d’heure au moins, et nous avons joui – lui se branlant – exactement en même temps à grands bruits, spécialement de ma part.

Flipper X., Lundi 13 mars 1978.
Tricks, Renaud Camus (P.O.L., 3e édition 1988)

In his novel Tricks, 25 Encounters (New York: St. Martin's Press, 1981), Renaud Camus described his cruising moment and sex scenes with such details, as if a second Renaud Camus stood in the room observing the whole scene. I love this book.

2 commentaires:

Nicolas a dit…

Yes, this is a wonderful work of literature, very fresh always because of RC's gift for reconstituting surprise in himself -- a gorgeous distinction, when one thinks of other narratives. He brings also a beautiful sincerity of interest to experience, and the daring to confide when he does not rise to that spirit. A brilliant self-portrait in "l'esprit gaulois," it is a pleasure to know him, and it would be unforgettable to embrace him.

Anonyme a dit…

The monochrome is a lovely illustration of a fond and ardent aspiration -- "let there be the loving treasure of anus, always at least nearby, as yield I praise and gratitude, for maleness' dear and generous succour to me."