jeudi 10 janvier 2008

Sauna story / Le temps d'un sauna



Peut-être auras-tu le temps d'un sauna entre 12 et 14 heures. Hier, tu m'as fait faux bond, prétextant un déjeuner de dernière minute avec ton "boss"... Tu m'avais pourtant fait monté l'eau à la bouche... Bien monté, actif et viril de surcroît, un sexe de 19 centimètres de long en érection... Toutes les conditions requises y étaient... Je me suis retrouvé seul dans le sauna... J'eusse souhaité ta présence mais, hélas, peine perdue: je ne t'y ai point vu...

J'ai dû faire contre mauvaise fortune, bon coeur... En avais-je le choix ? Après "un savonnage maison" et bien que je sois déjà "propre" du matin, je suis allé aux bains de vapeur "suer de toutes mes pores" pendant au moins un quart d'heure. Bien douché, je suis monté au 1er étage où quelques cabines "de repos" sont mises à notre disposition... Je me suis installé donc dans un "box" près de la salle vidéo en bas de l'escalier... Si des fois, qui sait, tu avais changé d'avis, tu ne pouvais que me voir en passant devant.

J'affectionne particulièrement ce genre de cabines car elles ont l'avantage, par rapport à celles situées près du hammam, d'être encore relativement "fraîches" par ces chaleurs d'été. Qui plus est, à l'opposé de celles situées à côté du hammam, elles sont sombres, dans la pénombre, laissant deviner juste "un corps" au visiteur éventuel... Les allées et venues commencèrent. Mais qu'ont-ils donc à roder comme ça? On se croirait au zoo... De véritables bêtes... Certains, bien que ça me déplaise au plus haut point, entrent subrepticement, tâtent mes cuisses et mes fesses puis repartent comme ils sont venus.

Tiens, un mec, un jeune mec, pas mal du tout (dans la pénombre, on distingue nettement les autres à leur insu, nos yeux étant habitués à l'obscurité), ose s'aventurer dans la cabine. Le crâne est rasé, l'oeil semble être luisant... Dans la pénombre toujours, je lui donne entre 20 et 25 ans. Ton âge en quelque sorte... Son torse est "noir" de poils: un petit "plus" que j'aime chez mon partenaire... Ses cuisses paraissent puissantes. Calmement et sans se presser, il étend son drap de bain à mes côtés et y pose son gel tout comme son préservatif. Je me tourne, tête face au mur. Que va-t-il me faire? Par quoi va-t-il "démarrer" ? Est-il actif ?

Je reste étendu sur le ventre, sans mot dire, attendant "l'ouverture des hostilités"... Pour lui "faire signe de vie", je dresse ma tête sur les épaules puis je glisse ma jambe gauche légèrement repliée vers moi, laissant apparaître le contour de mon corps encore bronzé sur lequel se distingue un beau petit cul "blanc". Il se penche sur moi et effleure ma nuque. Il la baise légèrement tout en dégageant à proximité et en douceur, un souffle chaud qui descend vers le creux de mes épaules pour atteindre le bas de mes reins. Sa langue prend le relais et salive les parties de mon corps sur son passage. Elle vole, elle court le long de ma nuque... Elle descend jusqu'au bas de mes reins... pour atteindre l'anus dans lequel elle s'engouffre. Elle va et vient avec une très grande rapidité, générant, tu t'en doutes bien, de petits gémissements de plaisir en ma personne. De plaisir, ma tête se soulève... C'est mon corps qui se projette... De plaisir en plaisir... je lui marque mon plaisir par de petits cris haletants... Plus je gémis, plus il me mouille... Plus je le veux... Plus son mouvement de langue s'accélère, plus mes gémissements s'accroissent...

Sortant de l'anus, sa langue reprend le même parcours... Elle remonte du bas des reins vers la nuque... Elle est "folle"... Elle court... Elle vole... Mon corps est "comme sous la torture"... La torture du plaisir... Il me dit à l'oreille que j'ai un "beau petit cul" et que, avec mon accord, "il se le ferait bien"... Face au mur... Je souris... La partie est gagnée... En guise de réponse, je lève en douceur mon "cul" et j'entrouvre légèrement mes fesses comme pour lui faire un appel "du pied" à son sexe... Je glisse sur ma serviette pour laisser passage à son sexe. Pour accroître son excitation, je ferme, j'ouvre, en mesure, mes fesses autour de son sexe pris comme dans un étau... Il se penche vers moi et, ma tête se tournant vers lui, pose ses lèvres sur mes lèvres... Moment de délices, moment de plaisir... Avec langueur, ses lèvres glissent sur les miennes. Nos langues coquines s'engouffrent dans nos bouches... découverte du palais. Du palais de l'amour... Nos langues frétillent et se lovent entre elles. Que n'as-tu pas été là ? Elles se rencontrent, se frottent l'une sur l'autre... Après quelques aller et retours, nos langues mêlent leurs salives... Nos langues se lovent entre elles au plus profond de notre gorge... Voilà que le sang embrase toute ma tête, tout mon corps.

Il me retourne alors... sur le dos. Ses mains se posent sur ma poitrine, en effleurant et caressant le bout mes seins. Ses mains descendent jusqu'à la fente de mes fesses qu'il soulève en pressant son sexe contre le mien. Sa verge frotte la mienne et glisse de temps à autre entre mes cuisses. Il se redresse ensuite puis me retourne de nouveau... Il penche tout son corps sur le mien. Il m'entoure avec toute la chaleur de son corps, frottant maintenant son sexe contre mes fesses. Avec sa langue, il lèche rapidement le haut de la nuque et ce jusqu'à l'orifice de l'anus. Avec la sueur dégagée par nos corps, son sexe chaud et ardent glisse maintenant entre mes jambes. J'imagine ton corps, ton sexe, celui que tu m'as si gentiment décrit ce qui me donne encore plus d'élan vers lui. Parfois, il se redresse et s'assoit à genoux entre mes jambes. Je lui demande alors si, pour se reposer un instant, ça lui plairait que je m'assois sur son sexe. Il acquiesce de la tête. Il me dit "adorer" ça.

Il s'installe sur le dos. Avec précaution, je me positionne donc "assis", à l'aide de ma main, sur son sexe. Je badigeonne mon orifice de salive et, en douceur, je guide son sexe à l'intérieur de mon anus: au fil de la pénétration, je sens mes sphincters se décontracter, se détendre; l'entrée se fait sans douleur... Sensation de plaisir... Les parois de l'anus s'entrouvrent sur le passage de sa verge. La pénétration est entière, totale... et pour l'exciter, je me mets à "travailler" le muscle des fessiers. À son tour, il me répond en "bandant" son sexe... Je reste ainsi quelques minutes, soulevant puis abaissant légèrement mon corps, afin de m'adapter à son sexe.

Avec mon bassin, avec mon cul je reprends l'exercice: je masturbe son sexe. Sensation de chaleur... Chaleur de son corps, chaleur de son sexe... Plaisir divin, plaisirs intenses... De temps à autre, je feins de "m'échapper"... D'un mouvement brusque... J'échappe à son sexe qui dans son mouvement "arrêté" glisse entre mes cuisses... Surpris, mon partenaire m'étreint... Il mordille le cou... Sa langue reprend le voyage... Elle monte, elle descend le long de mes épaules... salivant au passage les parties mouillées... Plus elle me "mouille" plus je me "débats". Mon partenaire s'impatiente. Je sens son sexe tendu et impatient... Nous changeons à présent de position. À son tour, Thierry, il s'étend sur mon corps, lui dessus, moi en dessous. Son corps tout entier épouse les méandres du mien. De temps à autres, avec son majeur, il masturbe mes sphincters... Avec sa langue, il mouille et salive la fente de mes fesses tout comme l'entrée des sexes perdus... Sa langue insatiable pénètre au plus profond de l'abîme... Dès qu'elle se retire, son majeur prend le relais et glisse d'avant en arrière.. Maintenant, on n'entend plus que nos souffles... Souffles de vie, souffles d'envie... Nos corps s'attirent... Nos corps glissent l'un sur l'autre...

En douceur, il "cale" son sexe au plus haut de mes fesses salivées... En douceur encore, il "enduit" son sexe de la salive mouillant mon corps. En douceur toujours, son sexe glisse entre mes cuisses. Lentement, sûrement son sexe trouve le "passage" de l'anus... Bandé au maximum, il titille mes sphincters comme pour les "amadouer"... Lentement son sexe tendu pénètre mon corps. Râle de soulagement... Râle de plaisir... Continue... N'arrête pas... Je m'ouvre en toi... Là comme ça... Reste comme ça... Ne bouge pas... Je t'attends depuis si longtemps... Quelques minutes immobiles... Lui en moi, moi en lui... Notre respiration s'accélère... Son sexe "bande" en moi... Mes sphincters lui répondent en resserrant les muscles. Sa respiration devient haletante... Mon partenaire est à bout... Il est au bout de sa jouissance...

Impatient, son sexe s'éjecte puis replonge en douceur entre la fente de mes fesses. Son gland d'abord, son sexe tout entier ensuite, glisse le long de mes parois. Il siège et domine au plus profond de moi-même... Comme pour faire durer le plaisir, son sexe sort délicatement et... d'un seul coup de rein, pénètre tout entier de nouveau et d'un seul coup à l'intérieur de l'anus. Son sexe tendu et ardent est en moi. Je lui appartiens... Tout à coup, sentant sa sève "monter", mon partenaire s'arrête... Avec douceur, il embrasse mon cou, me mordillant de temps à autre le lobe de mes oreilles... Sa langue reprend du service... Elle mouille... salive de nouveau mon corps maintenant en "nage"... Je sens la salive "glisser" dans la fente de mes fesses... Mon compagnon recommence à haleter... Son souffle semble depuis en plus chaud... Je sens comme sa sève monter... Son sexe "repart" alors dans les méandres de mon corps... Il retrouve aisément le passage de l'amour...

Surexcité cette fois, son gland puis son sexe entier force le passage de mes sphincters maintenant consentants. Décontractés, ils lui facilitent l'entrée... Tantôt avec force, tantôt avec délicatesse, tantôt avec douceur, son sexe "roi" et dominateur amorce des allers et des retours. Plaisirs intenses, plaisirs d'amour... Mes reins, au rythme de son corps et pour "accompagner" le mouvement, "battent" sa mesure. Nos corps lovés battent "ensemble" la mesure. Râles de plaisir... de ses râles haletants s'échappe un souffle chaud qui "épouse" le creux de ma nuque. Gémissements de plaisir... Son sexe me redonne la vie... Surexcité, De temps à autres, son sexe jaillissait de mes fesses pour les pénétrer encore plus profondément... Puis dans un dernier coup de rein accompagné d'un grand râle, il éjacule en moi. Plaisir... Ivresse... Je sens sa sève chaude couler en moi...

Une rencontre au sauna... Cela aurait pu être nous... Tu peux toujours me faire signe...

Récit érotique écrit par Romaan (romaan@caramail.com)

2 commentaires:

Béatrice a dit…

Les photos sont très suggestives ce de ce que tu raconte...

Brutos-Eros a dit…

Merci Béatrice. Le texte aussi...